1. Classification des anesthésiques :

1) Anesthésie par inhalation :

Réalisée avec des agents gazeux ou volatils :

a) Protoxyde d’azote :

– Premier utilisé, conserve une place privilégiée,

– faible pouvoir analgésique mais se trouve aujourd’hui potentialisé par les analgésiques, les neuroplégiques et les curarisants.

b) Halothane (et analogues) :

– à la fois puissant, facile à manier,

– n’est ni inflammable ni explosif,

– mais il pose un problème de pollution au bloc opératoire, qu’il faut équiper de moyens d’évacuation.

2) Anesthésie par voie intraveineuse :

Elle fait appel à un nombre considérable de produits.

a) Thiopental, nesdonal :

Ce sont les barbiturates le plus largement utilisés :

– relativement peu toxiques,

– ils dépriment cependant la ventilation pulmonaire et le myocarde,

– combinés au curare, ils fournissent d’excellentes anesthésies,

– le contrôle de la ventilation doit toujours être possible (voire systématique).

b) Midazolam (HYPNOVEL) :

C’est une benzodiazépine.

Présentation : ampoule de 5 mg/1 ml et de 5 mg/5 ml.

Pharmacocinétique : le délai d’action après injection IV est de 2 min.

Effets secondaires : somnolence, dépendance et accoutumance.

c) Autres anesthésiques généraux :

– Propofol : DIPRIVAN.

– Etomidate : HYPOMIDATE.

– Kétamine : KETALAR.

2. Surveillance des anesthésiques généraux :

– Risque majeur de l’anesthésie :

. l’apnée qui précède la syncope.

– Les urgences associés sont donc :

. l’insuffisance respiratoire,

. l’insuffisance cardio-vasculaire,

. l’hypothermie,

. la déshydratation,

. la douleur postopératoire.

Anesthésie générale : rappel définition

Il s’agit d’un état clinique obtenu au moyen de produits médicamenteux, et qui est caractérisé par quatre états :

– l’analgésie : absence de perception de la douleur,

– la narcose : perte de conscience,

– la myorésolution : relâchement du système musculaire,

– la protection du système neurovégétatif :

. mise au repos de ce système afin de limiter au maximum les réactions de l’organisme qui font intervenir les systèmes sympathique et parasympathique.

. parmi ces réactions, il peut y avoir des arrêts réflexes de la respiration (apnées), ou des battements cardiaques (syncopes).

Noter cette page
Facebook
Twitter
Pinterest
Whatsapp
Fb messenger
Telegram
Copy link

Laisser un commentaire