1. Définition :

Les D-dimères sont les produits de dégradation de la fibrine (principale composante des caillots sanguins).

Ils apparaissent dans le sang quand des caillots se dissolvent.

En effet, la thrombolyse qui détruit la fibrine du caillot libère dans le sang des dimères (deux monomères) provenant du fragment D de la fibrine (D-dimères).

La fibrinolyse (dégradation de la fibrine) est un mécanisme réactionnel à la formation de fibrine.

La présence de D-dimères dans le sang est normale, mais à un taux faible.

Un taux élevé dans le sang signe l’existence d’une activation de la coagulation et de la formation (et dégradation) de caillots ou thrombus.

Les D-Dimères sont dosés en cas de suspicion de thrombose veineuse profonde (phlébite) ou d’embolie pulmonaire. Néanmoins, les D-Dimères ne sont pas spécifiques, et sont augmentés dans de nombreux autres cas (sujet âgé, grossesse…).

2. Clinique :

1) Maladie thromboembolique :

– Chez les patients suspects de thrombose veineuse profonde ou d’embolie pulmonaire : une concentration de D-dimères < 500 µg/L permet d’exclure une thrombose dans 95 % des cas au moins.

– Il existe de nombreux faux positifs.

. Des D-dimères < 500 µg/L excluent une maladie thromboembolique ; il n’y a pas lieu de poursuivre les investigations.

. Des D-dimères > 500 µg/L ne permettent pas d’affirmer une maladie thromboembolique ; il convient de poursuivre les investigations, notamment d’imagerie (angioscanner spiralé).

2) Coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) :

Témoins indirects de la formation excessive de thrombine, les D-dimères contribuent au diagnostic de CIVD. 

Diagnostic biologique d’une CIVD :

• D-dimères > 500 µg/L ;
• + un critère majeur : plaquettes < 50 G/L ou TP < 50 % ;
Ou deux critères mineurs : plaquettes entre 50 et 100 G/L, TP entre 50 et 65 %, fibrinogène < 1 g/L.

D-dimères : Fiche pratique labo

 

Principales indications : 

– Diagnostic et suivi de la CIVD.

– Diagnostic de maladie thromboembolique.

– Suspicion d’embolie pulmonaire.

 

Conditions de prélèvement :

– Sang recueilli sur un tube citraté.

– Température d’acheminement au laboratoire : ambiante.

– Délai maximal d’acheminement au laboratoire : 8 heures.

 

Valeurs usuelles :

< 500 µg/L (ou ng/ml).

(Un résultat > 500 n’a pas de signification validée actuellement…)

A noter que les D-dimères augmentent chez le sujet âgé ; après 70 ans le seuil devient < 700 µg/L.

Les D-dimères augmentent aussi pendant la grossesse avec un seuil à 1.500 µg/L jusqu’à 2.300 µg/L au 9ème mois.

 

Variations pathologiques :

Une augmentation du taux de D-dimères est constatée dans les :

– thromboses veineuses profondes,

– embolies pulmonaires,

– CIVD,

– hémorragies.

La septicémie, les cancers, les cirrhoses, la chirurgie de moins de 30 jours, un traumatisme récent, les hématomes et les artérites élèvent aussi les D-dimères ; ne pas faire le dosage dans ces cas.

 

Interprétation :

D-dimères bas :

Un test négatif inférieur à 500 µg/L permet d’éliminer formellement une embolie pulmonaire et/ou une thrombose veineuse profonde.

D-dimères élevés :

Les D-dimères peuvent également être augmentés au cours de certaines situations et provoquer des “faux positifs” : la formation de petites quantités de fibrine peut avoir lieu au décours de situations comme lors d’une grossesse, de pathologies inflammatoires, de cancers, de la résorption d’hématome ou après une intervention chirurgicale.

Plusieurs conditions peuvent entraîner des taux élevés de fibrine et de D-dimères : phlébites et thromboses artérielles (caillots) susceptibles d’entraîner une embolie pulmonaire, un AVC ou une atteinte des reins, CIVD, intervention chirurgicale, traumatisme, infection, infarctus du myocarde récent, grossesse, maladie du foie…

Ainsi, une élévation des D-dimères ne signifie pas forcément la présence d’une embolie pulmonaire ou d’une thrombose veineuse profonde.

Quoi qu’il en soit, sa valeur prédictive négative est excellente : l’absence d’augmentation du taux sanguin de D-dimères élimine le diagnostic d’embolie pulmonaire ou de thrombose veineuse profonde.

Une augmentation des D dimères ne permet donc pas de faire un diagnostic immédiat de la présence d’une thrombose. Il est indispensable d’effectuer d’autres examens pour affirmer la présence d’un caillot comme un écho-doppler à la recherche de signes de phlébite des membres inférieurs ou un angio-scanner lors d’une suspicion d’embolie pulmonaire.

Un taux supérieur à 600 µ/L chez un patient ambulatoire est un résultat préoccupant et le patient doit être pris en charge rapidement, en particulier si le patient présente depuis peu une respiration difficile avec essoufflement, toux, douleur à la poitrine ou tachycardie.

● Suspicion de thrombose veineuse profonde :

D-dimères négatifs + échographie Doppler des membres inférieurs

= permet d’exclure une thrombose dans 95 % des cas (cela évite de faire une phlébographie).

● Suspicion d’embolie pulmonaire :

D-dimères négatifs + scintigraphie thoracique intermédiaire

= permet d’exclure une embolie dans 95 % des cas (cela évite de faire une angiographie pulmonaire).

  • Coagulation intravasculaire disséminée (CIVD)