Le frottis cervico-vaginal (FCV), actuellement appelé frottis cervico-utérin (FCU), est un examen de dépistage du cancer du col utérin dont le principe repose sur l’analyse microscopique de lames cellulaires après recueil des cellules du col utérin.

La période idéale : période préovulatoire (col ouvert).

1. Matériel utilisé :

– spéculums (différentes tailles), gants,

– lames microscopiques, crayon,

– tampons,

– spray fixateur ou solution alcoolique,

– dispositifs de prélèvements :

     . spatule d’Ayre,

     . cytobrosse type Cytobrush (balayette) ou à défaut écouvillon (coton-tige),

     . trident type Cervex-Brush ®.

Nb : l’écouvillon pour le prélèvement endocervical est déconseillé. S’il est tout de même utilisé, on recommande de le mouiller avec une solution saline avant le prélèvement.

Les références de la patiente sont écrites au crayon sur l’extrémité dépolie de la lame.

Prélèvement exocol avec spatule d’Ayre :

– la pointe de la spatule est insérée dans l’orifice.

Avec une pression légère et un changement de main en cours de rotation, la spatule exécute un tour de 360° ;

– l’extrémité arrondie de la spatule est utilisée chez les multipares, tandis que l’extrémité allongée est destinée aux nullipares ;

– la jonction pavimento-cylindrique doit être raclée entièrement. Si un ectropion important est présent, il faut racler l’exocol séparément.

Prélèvement endocol avec la cytobrosse (cytobrush) :

– la cytobrosse  est inséré jusqu’aux deux tiers dans l’endocol et réalise une rotation douce de 90 à 180° ;

– le Cytobrush est immédiatement roulé et non essuyé sur la lame ;

– ces mouvements doivent être faits sans zigzag et sans pression pour obtenir un frottis étalé uniformément.

Prélèvement exocol-endocol avec le Trident (Cervex-Brush ®) :

Les cellules exo et endocervicales sont prélevées simultanément : les longs poils collectent les cellules endocervicales et les courts, les cellules exocervicales.

– les longs poils sont positionnés dans l’endocol ;

– avec une pression délicate, on tourne 5 fois la brosse dans le sens des aiguilles d’une montre, entre le pouce et l’index ;

– l’échantillon est étalé sur la lame en deux mouvements en utilisant les deux côtés de la brosse.

2. Technique de prélèvement :

– mise en place du spéculum :

– visualisation du col utérin : moucher le col prudemment avec une pince longuette et coton hydrophile pour le débarrasser d’un excès de mucus, de sang ou de pertes,

– on débute par :

1) Prélèvement exocervical : spatule d’Ayre ou le trident (Cervex-Brush ®) :

Avec l’extrémité bilobée de la spatule d’Ayre ou bien avec le trident, on balaye toute la surface du col dans un mouvement circulaire et en un seul passage.

Etalement sur lame du prélèvement exocervical.

2) Prélèvement endocervical :

L’instrument à utiliser sera adapté à la zone de jonction) : spatule d’Ayre ou écouvillon ou cytobrosse ou trident : on cathétérise le canal endocervical sur un centimètre environ avec un prudent mouvement de rotation.

Etalement sur lame du prélèvement endocervical.

Chaque prélèvement est fixé immédiatement à l’aide du spray fixateur tenu à 30 cm de la lame. Après le prélèvement, le frottis doit sécher complètement.

Nb : la combinaison : spatule d’Ayre (exocol) – cytobrosse (endocol) est la technique idéale lors des jonctions hautes (souvent post-ménopausiques), après une chirurgie cervicale ou lors d’ectropion étendu.

La présence d’une lésion cervicale suspecte est une contre-indication au dépistage.

Dans ce cas, les patientes doivent être orientées directement pour une colposcopie et/ou une biopsie. 

3. Indicateurs de la qualité du frottis :

Le matériel cellulaire, prélevé en priorité dans la zone de transformation, sera étalé sur la lame en une fine couche homogène et fixé aussi vite que possible.

Un bon frottis contiendra des cellules endo- et exocervicales.

4. Facteurs diminuant la qualité du frottis :

– Pertes de sang importantes.

– Infection/inflammation vaginale.

– Atrophie génitale sévère (ménopause).

– Grossesse et allaitement.

– Manœuvre physique ou irritation chimique préalables comme :

. toucher vaginal avant le frottis ou rapport sexuel dans les heures qui précèdent,

. lubrifiant, douche vaginale (dans les 24 h),

. ovules vaginaux (dans les 48 h),

. frottis ou chirurgie cervicale dans les 3 mois.

– Radiothérapie.

5. Adresser au laboratoire :

– un prélèvement sur lame : lames, ordonnances, feuille de renseignements pour le cytologiste sont introduites dans une enveloppe et remise à la patiente pour le déposer au laboratoire,

– ou bien un prélèvement sur conservateur cellulaire liquide : laver le trident ou la cytobrosse dans le pot contenant le liquide.

– bien renseigner le cytologiste : âge de la patiente, DDR, motif du frottis, contexte clinique (atrophie, cervicite, prolapsus…).

6. Echecs du FCV :

Les raisons de l’échec du FCV sont les suivantes :

– des prélèvements défectueux :

. une inadéquation entre morphologie cervicale et instruments de prélèvements (ex. : spatule d’Ayre avec jonction endocervicale),

. des cellules épithéliales non visibles (présence de sang, de glaire),

– un défaut d’étalement et de fixation,

– une erreur de lecture par le cytologiste,

– une erreur de lecture du compte-rendu du cytologiste par le clinicien.

7. Périodicité du FCV :

– Pour le dépistage individuel, il faut débuter dans l’année qui suit le début de la vie sexuelle et prévoir un contrôle à 1 an. Si ces deux frottis sont normaux, répéter un FCV tous les 3 ans.

– Un dépistage organisé pourrait proposer un dépistage par FCV de 25 à 65 ans tous les 3 ans.

Nb : Les recommandations actuelles de la HAS (haute autorité de santé) en France sont la réalisation d’un FCU tous les 3 ans (après 2 FCU normaux réalisés à 1 an d’intervalle) à partir de 25 ans et jusqu’à 65 ans chez les femmes asymptomatiques ayant ou ayant eu une activité sexuelle, qu’elles soient vaccinées ou non contre le Papillomavirus. Cette fréquence peut être augmentée si le médecin le juge nécessaire.

Il reste toutefois possible au médecin de réaliser un frottis cervico-vaginal avant l’âge de 25 ans dans le cas particulier de patientes très exposées en raison de la précocité de leurs premiers rapports et de la multiplication de leurs partenaires sexuels.

Le 11 juillet 2019 la Haute Autorité de Santé (HAS) a actualisé ses recommandations sur le dépistage du cancer du col de l’utérus et propose désormais d’inclure le test HPV dans le dépistage, et ce en première intention chez les femmes âgées de plus de 30 ans.

8. Nouvelles techniques :

La cytologie monocouche est une nouvelle technique de fixation des cellules sur les lames microscopiques.

Les conditions de prélèvements restent les mêmes, seule la fixation et l’étalement sur une lame ne sont plus réalisés par le préleveur.

Le Cervex-Brush ® est généralement l’appareil recommandé pour prélever l’échantillon car la tête est amovible. Celle-ci, portant le matériel cellulaire, est plongée dans un récipient contenant un milieu de transport liquide. Ce récipient est envoyé vers un laboratoire équipé pour la cytologie monocouche.

Les avantages de cette technique sont l’optimalisation de la fixation des cellules, l’obtention de frottis de meilleure qualité et la réalisation d’investigations supplémentaires comme le test HPV, sans nécessité de rappeler la patiente. En outre, leur utilisation est aisée pour le praticien.

Cependant, un désavantage de cette technique est son coût élevé. C’est pourquoi, le ratio coût bénéfice doit être analysé avant de recommander la généralisation de son utilisation.

9. Conduite à tenir en fonction des résultats du frottis :

Exemple de compte-rendu de FCV :

FROTTIS CERVICO-UTERIN

(Recueil en milieu liquide)

Qualité du prélèvement : Satisfaisant.

L’étalement effectué comporte :

Une population malpighienne représentée par des cellules des assises superficielles et intermédiaires.

De rares cellules cylindriques de type endocervical.

De rares anomalies cellulaires pouvant évoquer un processus viral de type HPV.

Un fond renfermant quelques polynucléaires neutrophiles.

Absence de mycose ou de parasitose.

CONCLUSION :

Muqueuse d’apparence fonctionnelle.

Cytologie d’ASC-US*

(*) Terminologie du Système Bethesda

DETECTION DE L’ADN VIRAL DE PAPILLOMAVIRUS

Génotypage pour recherche de Human Papilloma Virus HR OMS

Détection qualitative de l’ADN viral par QPCR (détection et génotypage Xpert ® Cepheid) permettant d’identifier la présence d’au moins un HPV dans chacun des groupes suivants :

HPV (39, 56, 66, 68) : POSITIFS

HPV(16) – HPV(18,45) – HPV (31, 33, 35, 52, 58) – HPV(51,59) : NEGATIFS

  • Colposcopie
  • Ectropion
  • Dysplasie cervicale (CIN)
  • Frottis cervico-vaginal en pratique
  • Testez vos connaissances : quiz sur le frottis
    Nouveau
Noter cette page

Laisser un commentaire