L’allaitement maternel est le mode d’alimentation du nourrisson, par le lait maternel via le sein de la mère.

Le lait maternel contient plusieurs nutriments indispensables au besoin du nourrisson.

Les seins de la mère augmentent de volume pendant la grossesse en réponse à une concentration élevée d’œstrogènes et de progestérone dans le sang circulant.

Dès la naissance, il se produit la montée laiteuse ; les tétées régulières du nouveau-né, favorisent ensuite la stimulation de la production du lait.

L’allaitement maternel peut durer jusqu’à deux ans.

1. Physiologie de la lactation :

Les modifications gravidiques de la glande mammaire permettent la mise en place des structures sécrétoires nécessaires à la lactation.

– les estrogènes stimulent le développement des canaux galactophoriques,

– la progestérone est responsable du développement des acini, et inhibe leur sécrétion,

– L’HPL exerce une action trophique sur la glande mammaire, en synergie avec les stéroïdes sexuels et la prolactine (PRL). 

1) La montée laiteuse :

Elle survient 2 à 3 jours après l’accouchement.

– La PRL :

déclenche la sécrétion lactée (par levée de son inhibition grâce à l’effondrement des stéroïdes sexuels après l’accouchement) ; la chute de la progestérone placentaire permet, avec un décalage, l’explosion des récepteurs prolactiniques et la production lactée.

Celle- ci est entretenue par la stimulation du mamelon, chaque tétée produisant un pic prolactinique.

En effet, la succion du mamelon ⇒ stimulation HH avec sécrétion de PRL par l’antéhypophyse et d’ocytocine par la post-hypophyse.

– L’ocytocine : provoque l’excrétion lactée par contraction des fibres musculaires et évacuation des acini. 

2) Entretien de la sécrétion lactée :

– Pendant plusieurs semaines : par le circuit neuro-hormonal qui est indispensable à la sécrétion lactée, et par l’évacuation des acini,

– puis, par la suite, la PRL rejoint une valeur normale de la femme non allaitante, et l’évacuation des acini suffit à maintenir la lactation. C’est la période où l’axe HH redevient fonctionnel sur l’ovaire.

Les ovulations réapparaissent bien que la lactation persiste ++. 

3) Sevrage :

Il est progressif par diminution de la fréquence des tétées.

Il est suivi de l’involution des structures glandulaires.

2. Inhibition de la lactation :

1) A la naissance (bloquer la montée laiteuse) :

– Cabergoline (Dostinex ®) : 2 cp en une seule prise, à prendre dans les 24 heures qui suivent l’accouchement.

Ce médicament doit être pris le soir au milieu du repas, afin d’améliorer la tolérance digestive.

– Bromocriptine (Parlodel ®) : dérivé de l’ergot de seigle : 2 cp/j pendant 2 semaines, avec début et arrêt progressifs.

Le traitement dure 3 semaines au total ; les comprimés seront pris au milieu des repas.

Inconvénients : troubles digestifs, vertiges, troubles visuels, hypotension orthostatique.

Retour rapide des cycles ovulatoires.

– les estrogènes à forte dose : comportent un risque thrombo-embolique accru et une efficacité moindre. 

2) Arrêt en cours d’allaitement :

A la phase d’automatisme mammaire, les inhibiteurs de la PRL sont inefficaces puisque le taux sanguin de cette hormone est spontanément très bas. Le seul traitement sera :

– la vidange maximum des 2 seins, pose d’un bandage du sein,

– la restriction hydrique, prescription de Lasilix ® (1 cp le matin et à midi) pendant 3 jours,

– Cabergoline (Dostinex ®) : 1/2 cp, matin et soir pendant 2 jours (soit 2 cp au total),

– Bromocriptine (Parlodel ®) : est peu efficace à cette période, mais peut être tentée.

3. Anomalies de la sécrétion lactée :

– l’agalactie : très rare, s’observe dans le cadre du syndrome de Sheehan (nécrose de l’hypophyse antérieure s’observant lors d’accouchements très hémorragiques avec collapsus et s’accompagnant d’insuffisance hypophysaire),

– l’hypogalactie : chez les femmes présentant une carence nutritionnelle ; elle est le reflet d’une mauvaise prise en charge de l’allaitement, parfois due à des explications insuffisantes,

– l’hypergalactie : phénomène non pathologique.

4. Avantages du lait maternel :

Le lait maternel présente beaucoup d’avantages ; il répond parfaitement aux besoins du nourrisson.

En effet, le lait maternel est un aliment complet jusqu’à l’âge de 3 à 4 mois.

Les teneurs en glucides, lipides et protéines répondent idéalement aux besoins du nourrisson. Tous ces éléments sont digestibles et peuvent être absorbés par l’organisme du nourrisson.

Le lait maternel contient aussi les anticorps que produit la mère ; ceux-ci protégeront le bébé durant les premières semaines de sa vie et lui permettront de lutter naturellement contre les risques d’allergies. 

5. Complications de l’allaitement maternel : Cf chapitre spécial

  • Prolactine
  • Lactation
Noter cette page

Laisser un commentaire