Les pédicules lombo-ovarien et utéro-ovarien sont traités séparément.

L’ovaire est attiré vers la ligne médiane par une pince, ce qui sépare le ligament lombo-ovarien de l’uretère.

On commence par l’hémostase (par coagulation ou fils) et la section du ligament lombo-ovarien, sans oublier l’hémostase de retour viscéral.

On profite du jour donné dans l’espace sous-péritonéal par la section du lombo-ovarien pour jeter un œil sur le trajet iliaque et rétroligamentaire de l’uretère.

L’annexe mobilisée est ensuite pédiculisée sur la corne utérine par section du péritoine des faces antérieure et postérieure du ligament large : seule la séreuse doit être incisée, au ras de l’annexe, en direction de la corne, en partant de la section du lombo-ovarien.

Le pédicule de la corne utérine peut être alors contrôlé par coagulation (plusieurs prises sont souvent nécessaires).

En cas de difficulté liée à un état adhérentiel majeur, l’incision du péritoine en dehors du lombo-ovarien (Cf Adhésiolyse) permet la mobilisation extrapéritonéale de l’annexe.

Noter cette page
Facebook
Twitter
Pinterest
Whatsapp
Fb messenger
Telegram
Copy link

Laisser un commentaire