Adoptez une alimentation équilibrée et variée. Vous répondrez aux besoins accrus de votre organisme en pleine entreprise de construction.

Ne mangez pas deux fois plus mais deux fois mieux ! Pourquoi ? Votre corps recevra l’énergie pour ses transformations, celles de l’utérus et des seins.

Votre hausse de poids sera progressive : 350 g par semaine en moyenne à partir du 4ème mois.

Votre sang fournira au bébé tout ce qui est nécessaire : protéines, calcium, lipides, glucides, vitamines et minéraux. Votre santé restera excellente. Votre accouchement sera plus facile. Après, vous retrouverez plus vite votre silhouette.

Réponses à vos questions les plus fréquentes.

1. Que faut-il manger ?

C’est simple, un peu de tout !

 Viandes, poissons, œufs et volailles :

Votre organisme a besoin de consommer 25 % de protéines en plus. Elles jouent un grand rôle dans la formation des tissus. En plus du lait, des yaourts et des fromages, les aliments “protéines” sont nombreux :

– viandes : bœuf, veau, cheval, de préférence très cuits,

– poissons maigres : cabillaud, sole, lieu,

– volailles : poulet, dinde,

– œufs : à consommer sans exagération.

 Produits laitiers :

Ils apportent le supplément de calcium nécessaire. Vos besoins vont doubler pour permettre la formation du squelette et des dents de votre enfant. Chaque jour, consommez :

– lait demi-écrémé : le lait écrémé vous fera moins grossir tout en vous apportant une même quantité de calcium. Le lait battu contient 2 fois moins de calcium…

– fromage : sous toutes ses formes, blanc, fondu ou à “pâte dure”. Gruyère, gouda, emmental, parmesan sont les plus riches en calcium, mais les plus gras.

Difficulté à supporter le lait ? Mangez des fromages, du yaourt et des préparations lactées. Prudence : leurs pourcentages en graisse varient ; tenez-en compte pour surveiller votre poids.

 Huiles et graisses :

Une alimentation équilibrée doit comporter des corps gras. Un peu mais pas trop. Sinon, gare aux kilos !

– graisses crues : beurre frais cru non salé ; huiles végétales “pures” à base d’olive, arachide, tournesol, maïs ; et surtout pâtes à tartiner allégées,

– graisses difficiles à digérer : gras de viande ; huiles cuites ; fritures : frites, chips, croquettes de pomme de terre ou de poisson.

 Légumes et fruits :

Mangez chaque jour fruits et légumes. Vous offrirez un joli cadeau à votre bébé : un superbe stock de vitamines, très utile pendant les premières années de sa vie ! Cette bonne habitude améliore aussi votre fonctionnement intestinal. Au revoir, la constipation ! Votre “marché aux vitamines” :

– vitamine A : persil, choux, épinards, laitue, carotte, tomate,

– vitamine B : germes de blé, légumes secs,

– vitamine C : tomate, persil, choux, orange, pamplemousse, citron, framboises, fraises, kiwi,

– vitamine D : huile de foie de morue, germes de blé,

– vitamine E : cresson, laitues, noisettes, amandes,

– vitamine K : salade verte, chou blanc, épinards.

Des astuces… pour préserver le “capital vitamines” :

– consommez les fruits frais après les avoir lavés,

– évitez de faire tremper les légumes, adoptez les modes de cuisson rapide, dans un fond d’eau ou à la vapeur.

 Pain, féculents et céréales :

Ils apportent des glucides ou “sucres lents”. Votre bébé en a besoin pour se développer normalement.

Consommés chaque jour en quantités raisonnables, ces aliments ne vous feront pas grossir.

– pain : gris ou complet,

– pâtes : intégrales ou semi-intégrales,

– riz : complet.

– légumes secs : lentilles, haricots, pois,

– pommes de terre : à la vapeur.

2. Quelques recommandations :

 Le rythme des repas :

Si vous le pouvez, faites quatre repas : petit déjeuner, collation en milieu de matinée ou d’après-midi, déjeuner et dîner. Nausées, sensations de lourdeur et gonflements après les repas diminueront.

 Les envies :

Si elles ne sont pas contraires à un régime équilibré, satisfaisez les sans remords. Elles correspondent souvent à des besoins réels de votre organisme.

 Les aliments à risques :

Méfiez-vous des aliments responsables d’intoxications.

Crustacés et mollusques présentent un risque d’hépatite.

Les viandes crues ou mal cuites peuvent être coupables de la toxoplasmose ou transmettre un parasite : le ténia, plus connu sous le nom de ver solitaire.

 La consommation de sel :

Sauf dans certains cas, ne la supprimez pas. Evitez simplement de trop saler et de piocher dans les “mines de sel” : chips, cacahuètes, cubes de bouillon, potages déshydratés, poissons fumés, conserves.

 Que faut-il boire ?

En buvant chaque jour au moins un litre et demi d’eau, vous prévenez les infections urinaires, fréquentes dans votre état, ainsi que la constipation.

Eaux :

Prudence avec l’eau du robinet. Son goût et sa qualité varient d’une région à l’autre.

Si elle contient trop de nitrates, elle est tout à fait déconseillée aux futures mères.

Donnez la préférence à l’eau minérale en bouteille, peu chargée en sel, plate de préférence.

L’eau pétillante ouvre l’appétit et risque de vous faire manger davantage.

Café, thé et infusions :

Café et thé sont des excitants. N’en abusez pas. Optez plutôt pour le café décaféiné et les boissons à base de chicorée.

Certaines infusions de plantes sont conseillées pour leurs propriétés relaxantes et dépuratives.

Lait :

Buvez-en au minimum un demi-litre par jour. Remplacez-le par des produits équivalents si vous ne l’aimez pas : yaourts à boire, fromages blancs, lait battu…

Autres boissons :

Les bouillons de légumes et les potages sont riches en sels minéraux.

Laissez-vous tenter par les jus de légumes : ils fournissent de nombreuses vitamines.

A savourer : les jus de fruits riches en vitamine C, frais et non sucrés.

 Quelles quantités manger ?

Chaque jour, il vous faut en moyenne de 2100 à 2250 calories. A peine plus que les 2000 calories des autres femmes. Vos besoins alimentaires journaliers correspondent aux quantités suivantes :

– 1/2 litre de lait demi-écrémé,

– 50 g de fromage,

– 100 à 150 g de viande,

– 30 g de beurre, huile ou margarine,

– 250 g de légumes crus ou cuits,

– 100 g de pommes de terre,

– 100 g de pain gris ou complet,

– 1 fruit frais.

3. Surveiller son poids :

L’œil aux aguets, vous scrutez l’aiguille de votre balance. A la fin de la grossesse, elle devrait indiquer 8 à 12 kg en plus. C’est une moyenne idéale adaptée à chaque cas et corpulence.

Le poids reste généralement stable les 3 premiers mois. Les kilos arrivent ensuite en douceur avec 1,5 kg par mois en moyenne.

Prenez l’habitude de vous peser chaque semaine sur la même balance.

 Freiner son poids :

Si vous prenez trop de poids, votre alimentation est probablement trop riche. Il est temps de la rééquilibrer. Voici quelques conseils à la carte :

– évitez les grignotages entre les repas ; calmez vos fringales en mangeant à dose raisonnable : viandes froides, blancs de poulet, produits laitiers maigres, fruits, carottes crues, radis, tomates, cerises…

– cuisinez léger avec des modes de cuisson “sans graisse” savoureux et diététiques,

– méfiez-vous des aliments qui font grossir…

Noter cette page

Laisser un commentaire