L’hydrocéphalie est l’excès de LCR pouvant atteindre 2 à 4 litres.

Plus le liquide est abondant, plus le cerveau est tassé et moins bon est le pronostic ; le crâne devient énorme et tendu.

Elle pose un problème de DFP, rendant l’accouchement par voie basse à risque.

1. Diagnostic :

Il est confirmé par :

– l’échographie : BIP > à la normale, aspect anéchogène de la dilatation ventriculaire refoulant ± gravement le parenchyme cérébral.

– le contenu utérin.

2. Accouchement :

L’hydrocéphalie est une grande cause de DFP qui menace de RU si elle est négligée :

– Accouchement par le siège : risque de la rétention de la tête dernière.

Quand l’hydrocéphalie est jugée létale ⇒ manœuvre de VAN-HUEVEL-TARNIER : une sonde de Doleris introduite dans le canal rachidien permet de vider le LCR jusqu’à permettre l’accouchement.

Il faut connaître le risque de fausse-route de la sonde pouvant entraîner une RU.

– Accouchement céphalique : si les hydrocéphalies mineures sont compatibles avec un accouchement eutocique, dans les formes moyennes et majeures la tête ne s’engage pas.

En cas d’hydrocéphalie létale ⇒ céphalocentèse : perforation du crâne au niveau de la fontanelle à l’aide d’un trocart pour réduire son volume (mais ne pas trop vider !).

3. Risques fœto-maternels :

– Quand l’hydrocéphalie est majeure : l’enfant est condamné.

– Quand elle est mineure : préférer une césarienne en accord avec le neurochirurgien.

– La mère risque la RU par DFP ou lors de la manœuvre de VHT.

  • Accouchements à risque
  • Hydrocéphalie
Noter cette page

Laisser un commentaire