URL has been copied successfully!

1. Introduction :

L’obésité est devenue une préoccupation majeure dans de nombreux pays, en raison de sa prévalence croissante et de ses conséquences sur la santé.

Cette condition médicale chronique peut avoir un impact significatif sur l’efficacité et la sécurité des méthodes de contraception.

La relation entre l’obésité et la contraception est complexe et mérite une attention particulière.

2. Obésité et risques pour la santé :

L’obésité est liée à plusieurs complications telles que le diabète de type 2, l’hypertension artérielle, les maladies cardio-vasculaires et certains cancers.

Ces conditions de santé peuvent avoir un impact sur la santé reproductive des femmes, y compris la fertilité et les risques liés à une grossesse. Par conséquent, il est essentiel de discuter de ces risques potentiels avec les patientes obèses et de choisir une méthode contraceptive adaptée à leur situation.

3. Obésité et grossesse :

L’obésité peut entraîner des complications obstétricales telles que le diabète gestationnel, HTA gravidique, accouchement prématuré, macrosomie, dystocie… soulignant l’importance de la planification de la grossesse chez les femmes obèses.

Il y a donc nécessité d’une meilleure connaissance des moyens contraceptifs utilisables et d’une information plus systématique des femmes obèses.

4. Efficacité des méthodes de contraception :

Il est important de noter que l’obésité peut avoir un impact négatif sur l’efficacité de certaines méthodes de contraception.

Les raisons de cette réduction de l’efficacité peuvent varier selon la méthode utilisée. Voici quelques exemples :

1) Pilule contraceptive :

Plusieurs études suggèrent que l’obésité peut réduire l’efficacité des pilules EP contenant des œstrogènes. Cela est dû à une augmentation du métabolisme hépatique des hormones contraceptives chez les femmes obèses, ainsi que la dilution des hormones dans les tissus adipeux.

Les EP doivent être évités si l’IMC dépasse 30 du fait du niveau de risque cardiovasculaire et thrombotique augmenté.

2) Dispositifs intra-utérins (DIU) :

– Placement correct et risque d’expulsion : l’obésité peut compliquer le placement et la stabilité des DIU, augmentant le risque d’expulsion.
– Surveillance post-insertion : les femmes obèses doivent être surveillées attentivement après le placement d’un DIU pour s’assurer de son efficacité continue.

Les DIU sont considérés comme une méthode contraceptive efficace chez les femmes obèses.

3) Implant :

L’efficacité contraceptive peut être légèrement diminuée et il est recommandé d’utiliser plutôt le DIU ou l’implant pour une meilleure sécurité contraceptive.

Nb : Il ne faut pas oublier que l’efficacité des DIU au lévonorgestrel et des implants diminue chez la femme obèse après la 2ème  année. Il faut donc les renouveler au début de la 3ème année.

4) Patch contraceptif :

Une étude a suggéré que les femmes obèses peuvent être plus susceptibles d’avoir une concentration plus basse d’œstrogènes dans le sang lorsqu’elles utilisent le patch contraceptif. Cela pourrait potentiellement affecter son efficacité dans la prévention de la grossesse.

5. Risques de la contraception chez les femmes obèses :

1) Risque accru de thrombophlébite veineuse :

L’obésité est un facteur de risque indépendant de thrombose veineuse profonde et d’embolie pulmonaire, qui peut être exacerbé par l’utilisation de certains contraceptifs hormonaux.

2) Risque accru d’hypertension artérielle :

L’obésité est associée à une prévalence plus élevée d’HTA, qui peut être exacerbée par l’utilisation de contraceptifs hormonaux combinés.

3) Risque de stérilet malpositionné :

La présence d’une cavité utérine élargie chez les femmes obèses peut rendre le positionnement correct d’un DIU difficile, augmentant le risque d’expulsion et de perforation utérine.

6. Recommandations :

– Evaluation individuelle : chaque femme obèse doit être évaluée individuellement pour déterminer la méthode de contraception la mieux adaptée à ses besoins et les risques potentiels associés à son poids.

– Choix de la contraception : les contraceptifs non hormonaux tels que les DIU au cuivre peuvent être privilégiés chez les femmes obèses pour éviter les risques liés aux hormones.

– Surveillance régulière : les femmes obèses utilisant des contraceptifs hormonaux doivent bénéficier d’un suivi régulier et d’une évaluation des facteurs de risque afin de minimiser les complications potentielles.

7. Conclusion :

Il est primordial de prendre en compte l’obésité lors du choix d’une méthode contraceptive.

En effet, l’obésité peut réduire l’efficacité de certaines méthodes contraceptives et peut également exposer les femmes à des risques pour la santé.

Les femmes obèses doivent être informées des risques potentiels associés à leur poids et des options contraceptives les plus adaptées à leur situation.

De plus, elles doivent être encouragées à adopter un mode de vie sain comprenant une alimentation équilibrée et une activité physique régulière.

Noter cette page
Facebook
Twitter
Pinterest
Whatsapp
Fb messenger
Telegram
Copy link

Laisser un commentaire