1. Radiopelvimétrie :

Ces indications sont les suivantes :

1) Avant la grossesse : suspicion d’anomalies du bassin :

– fracture du bassin, cyphoscoliose, boiterie,

– morphotype particulier (taille inférieure à 1,50 m),

– utérus cicatriciel,

– tout accouchement dystocique ayant nécessité une extraction par voie basse difficile.

2) En fin de grossesse : en cas de :

– anomalie découverte lors de l’examen du bassin : promontoire atteint, lignes innominées suivies trop loin ou entièrement explorées, épines sciatiques saillantes, ogive pubienne fermée,

– suspicion de disproportion fœto-pelvienne et/ou macrosomie,

– présentation de siège (surtout chez la primipare).

La radiopelvimétrie se pratique à 36 sem.

2. Radiographie de l’abdomen sans préparation (contenu utérin) :

Garde un intérêt pour le diagnostic des malformations osseuses fœtales, ainsi qu’en cas de présentation du siège à terme.

Noter cette page

Laisser un commentaire