Le début de grossesse, le post-abortum récent, et le post-partum sont les périodes privilégiées pour le diagnostic échographique de malformation utérine.

En cas de grossesse évolutive, la cavité utérine non gravide, épaissie en raison de la modification de l’endomètre par l’imprégnation hormonale, s’individualise aisément.

Un examen par voie abdominale, vessie pleine, est préférable pour ce diagnostic.

En cas de suspicion de malformation utérine, il est indispensable de compléter l’examen par une échographie rénale.

1. Utérus unicorne :

Il peut être suspecté devant une déviation latérale importante de l’utérus gravide.

Une agénésie rénale controlatérale quasi constante dans les formes complètes renforce ce diagnostic.

2. Utérus bicorne :

Il peut être uni- ou bicervical (± cloison vaginale) ce qui est diagnostiqué par l’examen clinique.

En échographie abdominale, les coupes transversales retrouvent une encoche nette (où s’insinue la vessie), séparant la cavité utérine gravide de l’autre. Ces cavités sont habituellement divergentes. Elles peuvent néanmoins être très proches, accolées ou superposées.

La présence en doppler couleur d’une vascularisation propre à chaque cavité confirme le diagnostic.

3. Utérus cloisonné :

C’est la malformation utérine la plus fréquente. Elle entraîne 30 à 40 % de complications obstétricales.

En coupes transversales, par voie abdominale, on note un utérus large dont les contours sont réguliers, harmonieux et sans encoche.

On retrouve une zone hypoéchogène centrale avec une atténuation du faisceau ultrasonore correspondant à la cloison séparant une cavité utérine où se développe la grossesse de l’autre où l’endomètre est épaissi. Ces cavités sont faiblement divergentes. Il est possible d’analyser la hauteur et le type anatomique de la cloison en réalisant des coupes transversales rapprochées du fond utérin vers le col : cloison corporéale partielle du fond utérin, cloison totale ou subtotale.

Cette cloison médiane est peu ou pas vasculaire au doppler couleur expliquant le taux élevé d’avortement précoce en cas d’implantation du trophoblaste à proximité ou au contact de cette cloison.

  • Malformations utérines
Noter cette page

Laisser un commentaire