Le temps de Quick, également connu sous le nom de taux de prothrombine (TP), est un test de laboratoire crucial pour évaluer la capacité du sang à coaguler.

1. Introduction :

Le système de coagulation sanguine est une composante essentielle du corps, permettant d’arrêter les saignements en cas de blessure.

Le temps de Quick est un test sanguin utilisé pour évaluer la capacité de ce système à fonctionner correctement. Il mesure le temps nécessaire pour que le sang coagule en réponse à une stimulation spécifique.

2. Principe de base :

Le temps de Quick mesure le temps nécessaire pour que le plasma sanguin coagule après l’ajout de réactifs de coagulation. Le processus de coagulation est déclenché par la voie extrinsèque, qui est la voie principale de coagulation en réponse à une blessure tissulaire.

3. Procédure du test :

– Le patient fournit un échantillon de sang par ponction veineuse dans le pli du coude,

– certains laboratoires d’analyses préfèrent qu’une période de jeûne précède le prélèvement,

– le sang est centrifugé pour obtenir le plasma,

– des réactifs contenant du calcium et la thromboplastine sont ajoutés au plasma,

– le temps nécessaire pour que le plasma coagule est enregistré et rapporté en secondes.

La mesure du temps de quick est effectuée par des appareils automatiques.

Le temps de quick est généralement compris entre 10 et 11 secondes. Lorsqu’il est exprimé en pourcentage, on parlera plutôt de taux de prothrombine : celui-ci doit se situer entre 70 et 100 %.

Nb : Il faut savoir que l’alcool est capable de modifier les résultats obtenus. C’est le cas également pour certains médicaments. Il est donc impératif d’indiquer toute prise de traitement lors de la prise de sang.

4. Interprétation des résultats :

Le temps de Quick est soit exprimé en secondes, soit plus généralement en pourcentage, connu sous le nom d’indice de Quick (IQ), en comparant le temps de coagulation du patient à celui d’un plasma témoin normal. Un IQ de 100 % indique une coagulation normale.

– Un IQ inférieur à 100 % : le sang coagule plus rapidement que la normale, ce qui peut indiquer un risque de thrombose ou un excès de coagulation.

Nb : un TP inférieur à 70 % par rapport à un plasma normal peut être induit par plusieurs pathologies : une insuffisance hépatique, un déficit en facteurs II, V, VII ou X, une malabsorption digestive de la vitamine K, une CIVD, une hypofibrinogénémie ou encore une antiprothrombinase.

Il faut savoir que le temps de quick est susceptible d’être abaissé dans le cadre d’un traitement par anticoagulants oraux. Le risque hémorragique est alors accru.

– Un IQ supérieur à 100 % : le sang coagule plus lentement que la normale, suggérant un risque accru de saignement.

 

Actuellement, le résultat obtenu est exprimé en pourcentage par rapport au système de calibration en vigueur visant à harmoniser les résultats. De fait, un ratio est aujourd’hui calculé.

Il s’agit de l’INR (International Normalized Ratio) : celui-ci tient compte à la fois du temps de coagulation du patient et de celui des réactifs de référence. Ainsi, le temps de quick, exprimé en INR, correspond au rapport entre le temps de quick du patient et le temps de quick du témoin. Un ratio de 1 est considéré comme étant normal sauf chez les patients traités par anticoagulant pour lesquels une zone d’efficacité thérapeutique se situe entre des INR allant de 2 à 4,5.

5. Utilisation clinique :

– Surveillance des anticoagulants : le temps de Quick est utilisé pour surveiller l’efficacité des anticoagulants, tels que la warfarine, en ajustant les doses pour maintenir un niveau de coagulation approprié.

– Diagnostic des troubles de la coagulation : il est essentiel dans le diagnostic des troubles de la coagulation, tels que l’hémophilie ou les déficits en facteurs de coagulation.

– Évaluation du risque de thrombose : il aide à évaluer le risque de formation de caillots sanguins dans les vaisseaux sanguins.

– Avant une chirurgie : il est effectué avant une intervention chirurgicale pour évaluer le risque de saignement excessif pendant l’opération.

6. Facteurs affectant le temps de Quick :

Plusieurs facteurs peuvent affecter le résultats du temps de Quick, notamment les médicaments anticoagulants, les maladies du foie, les carences en vitamine K, les troubles génétiques de la coagulation, et d’autres conditions médicales.

7. Conclusion :

Le temps de Quick est un test essentiel pour évaluer la capacité de coagulation sanguine.

Son utilisation en clinique est vaste, allant de la surveillance des anticoagulants à la détection des troubles de la coagulation.

Une interprétation correcte des résultats est cruciale pour guider le traitement et la prise de décision médicale.

Noter cette page
Facebook
Twitter
Pinterest
Whatsapp
Fb messenger
Telegram
Copy link

Laisser un commentaire