Il faut dire que le vagin est un organe complexe, à la fois lieu de passage pour les règles, les sécrétions de l’appareil génital, l’acte sexuel et l’accouchement. C’est donc un écosystème en équi­libre fragile.

Sur le plan anatomique, il s’agit d’un canal musculo-membraneux élastique, au fond duquel aboutit le col utérin qui plonge dans le cul-de-sac postérieur du vagin, l’ensemble s’insérant entre la ves­sie en avant et le rectum en arrière.

La muqueuse vaginale présente de nombreux replis.

Elle est composée d’un épithélium pavimenteux, sans cellule sécré­trice, reposant sur un stroma très vascularisé.

Les influences hormonales que cette muqueuse subit en permanence peuvent être objectivées par la cytologie vaginale au cours des différentes phases du cycle mens­truel. Le début du cycle corres­pond à une phase de prolifération et de différenciation cellulaire, puis, au moment de l’ovulation, le tissu est entièrement reconstitué.

Ensuite, sous l’influence de la progestérone, les cellules desqua­ment, ce qui aboutit, en fin de cycle, à une régression épithéliale massive.

L’examen des sécrétions vagi­nales montre que le vagin est un milieu acide, puisque son pH est voisin de 4.

La flore vaginale est caractéri­sée par la présence d’un germe particulier, qui n’existe dans aucun autre organe de la femme: le bacille de Döderlein. Celui-ci participe à la dégradation du glyco­gène en acide lactique.

 

Les fonctions du vagin sont diverses :

– Il intervient tout d’abord dans la reproduction, puisque c’est l’or­gane de l’acte sexuel. Comme il n’y a pas de cellule sécrétrice, ce sont des transsudations qui lubri­fient et imprègnent le vagin. Leur absence peut être source d’irrita­tion.

Dans certains cas, ces trans­sudations sont au contraire très abondantes.

– Le vagin est aussi le premier réceptacle, lors de l’émis­sion des spermatozoïdes.

– Enfin, lors de l’accouchement, il peut se distendre considé­rablement.

 

Sur le plan physiopathologique, comme le vagin est un lieu en équi­libre microbien entre l’extérieur et les voies génitales hautes, norma­lement amicrobiennes, toute agres­sion entraînera une rupture de cet équilibre et donc une inflamma­tion qui se traduira par des symp­tômes tels que prurit, leucorrhées, malodeurs et douleurs.

Les causes de cette inflamma­tion sont variées, qu’elles soient infectieuses ou non infectieuses.

Les infections peuvent être d’origine bactérienne (entéroco­ques, streptocoques, gardnerel­la…), mycosique ou autre.

Les causes non-infectieuses sont nombreuses également. L’inflam­mation peut être consécutive à des traumatismes, à une atrophie de la muqueuse telle que l’atrophie post-ménopausique, à certains pro­duits chimiques ou enfin à une radiothérapie.

Ainsi, étant donné la grande fréquence des agressions vagi­nales, il importe non seulement de pouvoir soulager les patientes au moment de l’agression, mais aussi de préserver l’équilibre fragile du vagin.

Noter cette page
Facebook
Twitter
Pinterest
Whatsapp
Fb messenger
Telegram
Copy link

Laisser un commentaire