L’anatomie normale du cordon a été traitée dans le chapitre précédent. Un cordon anormal peut induire ou s’associer à une pathologie fœtale.

1. Artère ombilicale unique :

Elle est rencontrée dans 2 % des naissances d’enfants normaux.

En sa présence, il faut rechercher une malformation fœtale associée toujours plus fréquente.

Elle peut être ou non d’origine chromosomique et peut toucher tous les organes.

Elle ne modifie ni la croissance fœtale ni le profil hémodynamique artériel doppler.

2. Anomalies morphologiques :

Celles-ci sont en rapport avec la forme du cordon. On recense ainsi :

1) Cordon court (< 30 cm ) :

Il est généralement dû à un manque de volume utérin (oligoamnios).

Rare (1% des grossesses), cette malformation peut surtout avoir des incidences lors de l’accouchement (allongement de la durée du travail, anomalies dans la progression de la présentation, SFA…) et des anomalies de développement de l’embryon dans les phases précoce du développement (défaut de fermeture de la paroi abdominale et thoracique). On parle de pentalogie de Cantrell liée à une séquence cordon court.

Nb : Une pentalogie de Cantrell pourra être évoquée devant l’association d’une omphalocèle ± importante, une cardiopathie, des malformations sternales, diaphragmatiques et péricardiques.

2) Cordon long (> 70 cm) :

Il est également rare (1 % des grossesses), il peut être à l’origine de nœuds ou de circulaires.

Très rarement grave pendant la grossesse (sauf s’il est associé à un hydramnios), il peut toutefois favoriser certaines complications au cours de l’accouchement (allongement du travail, décollement placentaire et dans les cas plus graves, procidence du cordon).

3) Cordon maigre (diamètre < 1 cm) :

Il est souvent le signe d’un retard de croissance intra-utérin (RCIU).

4) Cordon gras (diamètre > 2 cm) :

Il est souvent accompagné d’un œdème, qui isolé, n’a aucune valeur pathologique.

3. Insertion pathologique :

La recherche de l’insertion du cordon pour les ponctions funiculaires, nous a permis de reconnaître les insertions vélamenteuses du cordon, ainsi que des cordons ou des vaisseaux allantoïdiens en position prævia.

4. Anomalie de spiration :

Elle n’entraîne le plus souvent pas de trouble du flux sanguin. Elle est à connaître car peut être source d’erreur concernant l’estimation du nombre des vaisseaux du cordon.

5. Autres anomalies possibles :

– Un nœud ou un œdème du cordon, le rend rigide et visible sur une grande longueur. Il s’y associe parfois un anasarque ou un hydramnios.

– Le kyste allantoïdien s’associe souvent à des malformations dont l’omphalocèle dans le cadre de la trisomie 18.

– La hernie ombilicale physiologique se traduit par un élargissement de la base du cordon et par la présence d’anses digestives extériorisées. Elle est normale jusqu’à 12 SA mais pathologique au-delà.

– L’hématome du cordon peut être spontané ou traumatique après ponction. Le cordon augmente de calibre localement et devient échogène. Une surveillance doppler des flux vasculaires paraît indiquée.

– Un circulaire du cordon, de siège cervical, peut être observé lors d’une échographie systématique. 

Noter cette page
Facebook
Twitter
Pinterest
Whatsapp
Fb messenger
Telegram
Copy link

Laisser un commentaire