– sous AG, en position gynécologique (avec jambières),

– badigeonnage à la bétadine, y compris la cavité vaginale,

– mise en place d’une sonde à demeure,

– incision de Pfannenstiel (légèrement plus basse que d’habitude),

– on utilise le bistouri électrique,

– ouverture de l’aponévrose, on tombe sur les muscles (tendons des) grands droits,

– le péritoine ne sera pas ouvert,

– grâce au doigt, on arrive facilement à cliver et entrer dans l’espace rétro-pubien,

– l’aide opérateur, par sa main droite, refoule le vagin vers le haut, tandis que l’opérateur, avec sa main gauche dans le vagin (TV), place 2 points simples (mersuture ou soie) sur le début du vagin (4 cm) de part et d’autre de l’urètre (repéré à la sonde),

– les fils sont gardés longs sur pince (avec leurs aiguilles),

– on fait une épreuve au bleu de méthylène pour vérifier la vessie,

– si pas de problèmes, on fait de chaque côté, les points (avec le périoste de la face postérieure de la branche ischiopubienne toute proche) : facile !

– toilette de la cavité avec de l’eau oxygénée,

– on peut placer un petit drain de Redon aspiratif si besoin est,

– suture des muscles (points simples),

– fermeture de l’aponévrose et de la peau.

Laisser un commentaire